эволюционная трансформация человека

Главная » Файлы » Аудио файлы » Том 6 аудио

Том 6. 29 мая 1965
06.12.2021, 14:05

1965.05.29

 

Il paraît que Ramakrishna avait dit à Vivékananda: «Vous pouvez voir le Seigneur comme vous me voyez et entendre Sa voix comme vous entendez ma voix.» Il y a des gens qui ont pris cela pour une déclaration que le Seigneur est en chair et en os sur la terre (!) J'ai dit: «Non, ce n'est pas cela! Ce qu'il voulait dire, c'est que si vous entrez dans la vraie conscience, vous pouvez l’entendre (moi, je dis: beaucoup plus clairement que l’on n'entend physiquement et voir beaucoup plus clairement qu'on ne voit physiquement).» – «Ah! ça...» Tout de suite on ouvre de grands yeux, ça devient quelque chose d'irréel!

*
* *

Puis Mère passe à la préparation du prochain Aphorisme:

110 – Voir la composition du soleil ou les lignes de Mars est sans doute un grand exploit, mais quand tu auras l’instrument qui te fera voir l’âme de l’homme comme tu vois un tableau, tu souriras alors des merveilles de la science physique comme d'un jouet pour les petits enfants.

C'est la continuation de ce que nous étions en train de dire à propos de ceux qui veulent «voir».

Est-ce que les merveilles de la science physique te font sourire?

Les merveilles, c'est très bien, c'est leur affaire (!) Mais c'est leur assurance outrecuidante qui me fait sourire. Ils s'imaginent qu'ils savent. Ils s'imaginent qu'ils ont la clef, c'est cela qui fait sourire. Ça fait sourire. Ils s'imaginent qu'avec tout ce qu'ils ont appris, ils sont les maîtres de la Nature – c'est un enfantillage. Il y aura toujours quelque chose qui leur échappera tant qu'ils ne seront pas en rapport avec la Force créatrice et la Volonté créatrice.

C'est une expérience que l’on peut faire très facilement: un savant peut expliquer tous les phénomènes que l’on voit, il peut même se servir des forces physiques et leur faire faire ce qu'il veut (ils sont arrivés à des résultats stupéfiants au point de vue matériel), mais si on leur pose seulement cette question, cette simple question: «Qu'est-ce que c'est que la mort?», au fond, ils n'en savent rien. Ils vous décrivent le phénomène tel qu'il se produit matériellement mais... s'ils sont sincères, ils sont obligés de dire que ça n'explique rien.

Il y a toujours un moment où ça n'explique plus rien. Parce que savoir... savoir, c'est pouvoir.

(silence)

Au fond, ce qui est le plus accessible à la pensée matérialiste, la pensée scientifique, c'est le fait qu'ils ne peuvent pas prévoir. Ils prévoient beaucoup de choses, mais le déroulement des événements terrestres est au-delà de leurs prévisions. Je crois que c'est la seule chose qu'ils peuvent admettre: il y a un aléatoire, il y a un champ d'imprévu qui échappe à tous leurs calculs.

Je n'ai jamais parlé avec le savant-type ayant la connaissance la plus moderne, alors je ne suis pas tout à fait sûre, je ne sais pas dans quelle mesure ils admettent un imprévu ou un incalculable.

Ce que Sri Aurobindo veut dire, je crois, c'est que quand on est en communion avec l’âme et que l’on a la connaissance de l’âme, c'est une connaissance tellement plus merveilleuse que la connaissance matérielle qu'alors c'est presque un sourire de dédain. Je ne pense pas qu'il veuille dire que la connaissance de l’âme vous apprenne sur la vie matérielle des choses que l’on n'apprend pas avec la Science.

Le seul point (je ne sais pas si la Science y est arrivée), c'est l’imprévisible de l’avenir. Mais il se peut qu'ils disent que c'est parce qu'ils ne sont pas encore arrivés à la perfection des instruments et des méthodes! Par exemple, ils pensent peut-être qu'au moment où l’homme a fait son apparition sur la terre, s'il y avait eu les instruments qu'ils ont maintenant, ils auraient été capables de prévoir la transformation de l’animal en homme ou l’apparition de l’homme à la suite de «quelque chose» dans l’animal – je ne suis pas au courant (Mère sourit) de leurs prétentions les plus modernes. En ce cas, ils devraient être capables de mesurer ou de percevoir la différence de l’atmosphère maintenant, avec l’intrusion de «quelque chose» qui n'y était pas – parce que cela appartient encore au domaine matériel. Mais je ne pense pas que ce soit cela que Sri Aurobindo voulait dire; je crois qu'il voulait dire que le monde de l’âme et les réalités intérieures sont tellement plus merveilleuses que les réalités physiques, que toutes les «merveilles» physiques vous font sourire – c'est plutôt cela.

Mais la clef dont tu parles, cette clef qu'ils n'ont pas, est-ce que ce n'est pas justement l’âme? Un pouvoir de l’âme sur la Matière, de changer la Matière – de faire aussi des merveilles physiques. Est-ce que l’âme a ce pouvoir?

Elle a ce pouvoir et elle l’exerce CONSTAMMENT, mais la conscience humaine n'en est pas consciente! Et la grande différence, c'est que la conscience humaine devient consciente, mais elle devient consciente de quelque chose qui est TOUJOURS là! et que les autres nient parce qu'ils ne l’aperçoivent pas.

Par exemple, j'ai eu l’occasion d'étudier cela. Pour moi, les circonstances, les caractères, tous les événements et tous les êtres se meuvent selon certaines «lois», si l’on peut dire, qui ne sont pas rigides mais que je perçois et qui font que je vois: «Ceci mènera à cela, et ça mènera là, et celui-ci étant comme cela, il lui arrivera cela, et...» Cela se précise de plus en plus. Je pourrais, si c'était nécessaire, faire des prédictions à cause de cela. Mais cette relation de cause à effet dans ce domaine-là, pour moi, est tout à fait évidente et corroborée par les faits; pour eux, qui n'ont pas cette vision et cette conscience de l’âme comme dit Sri Aurobindo, les circonstances se déroulent selon d'autres lois, superficielles, qu'ils considèrent comme les conséquences naturelles des choses; des lois tout à fait superficielles et qui ne résistent pas à l’analyse profonde, mais ils n'ont pas la capacité intérieure, par conséquent ça ne les gêne pas, ça leur paraît évident.

Je veux dire que cette connaissance intérieure n'a pas le pouvoir de les convaincre, j'en ai l’expérience presque journalière. Si bien que quand, moi, à propos d'un événement quelconque, je vois: «Oh! mais c'est tout à fait (pour moi), c'est tout à fait évident: j'ai vu la Force du Seigneur agir là, j'ai vu telle chose se produire, et tout naturellement c'est cela qui doit arriver», pour moi, c'est de toute évidence; mais je ne dis pas ce que je sais parce que cela ne correspond à rien dans leur expérience, et alors cela leur paraît être des divagations ou des prétentions. C'est-à-dire que quand on n'a pas soi-même l’expérience, l’expérience d'un autre n'est pas convaincante, elle ne peut pas convaincre.

Le pouvoir n'est pas tant d'agir sur la Matière – c'est une chose qui se produit CONSTAMMENT – mais... à moins que l’on n'use de moyens hypnotiques (qui ne valent rien, qui ne mènent à rien), c'est d'ouvrir la compréhension (geste de percée au sommet du crâne), c'est ça qui est si difficile... La chose dont on n'a pas l’expérience est inexistante.

Même si, devant eux, une espèce de miracle se produit, ils en auront l’explication matérielle; ce ne sera pas, pour eux, un miracle au sens d'une intervention d'une autre force et d'une autre puissance que les forces et les puissances matérielles. Pour eux, ils auront leur explication matérielle, ce ne sera pas convaincant.

On ne peut comprendre que si, soi-même, on a touché ce domaine dans son expérience.

Et on voit bien – on voit bien: c'est dans la mesure où quelque chose est éveillé qu'il y a une possibilité de compréhension. C'est là-dessus que l’on s'appuie, c'est la base.

En somme, il ne s'agirait peut-être pas tellement d'une «transformation de la Matière» que d'une prise de conscience du vrai déroulement

C'est justement ce que je veux dire. La transformation peut avoir lieu jusqu'à un certain point sans même que l’on en soit conscient!

On dit, n'est-ce pas, qu'il y a une grande différence: quand l’homme est venu, l’animal n'avait pas les moyens de s'en apercevoir; eh bien, je dis que c'est exactement la même chose: en dépit de tout ce que l’homme a réalisé, l’homme n'a pas le moyen; certaines choses peuvent se produire, il ne le saura que beaucoup plus tard, quand «quelque chose» en lui sera suffisamment développé pour qu'il s'en aperçoive.

Même le développement scientifique poussé à l’extrême, là où vraiment on a l’impression qu'il n'y a presque plus de différence; par exemple, quand ils sont arrivés à cette unité de la substance et qu'il semble qu'il n'y ait plus qu'un passage presque insensible ou imperceptible entre une condition et l’autre [matérielle et spirituelle], eh bien, non, ce n'est pas comme cela! Pour percevoir cette sorte d'identité, il faut déjà porter en soi l’expérience de l’AUTRE CHOSE; autrement on ne peut pas.

Et justement parce qu'ils ont acquis la capacité d'«expliquer», ils expliquent pour eux-mêmes les phénomènes intérieurs de telle façon qu'ils restent dans leur négation de la réalité des phénomènes intérieurs: ils disent que ce sont comme des continuations de ce qu'ils ont étudié.

Seulement, à cause même de sa constitution (parce qu'il n'y a pour ainsi dire pas d'être humain qui n'ait au moins la réflexion ou l’ombre ou le commencement d'une relation avec son être subtil, son être interne, son «âme»), à cause de cela, il y a toujours une faille dans leur négation; mais ils considèrent cela comme une faiblesse – c'est leur seule force!

(silence)

C'est vraiment quand on a l’expérience – l’expérience et la connaissance et l’identité avec les forces supérieures –, que l’on voit la relativité des connaissances extérieures; mais jusque là, non, on ne peut pas, on nie les autres réalités.

Je pense que c'est cela que Sri Aurobindo voulait dire; c'est seulement quand l’autre conscience sera développée que le savant sourira, il dira: «Oui, c'était très bien, mais...»

Au fond, l’un ne peut pas mener à l’autre. Excepté par un phénomène de grâce; s'il y a intérieurement une sincérité absolue qui fait que le savant voit, a la prescience, la perception du point où ça lui échappe, alors cela peut le mener à l’autre état de conscience, mais PAS PAR SES PROCÉDÉS.

Il faut... il faut que quelque chose abdique – quelque chose abdique et accepte les moyens nouveaux, les perceptions nouvelles, les vibrations nouvelles, l’état d'âme nouveau.

Alors c'est une question individuelle. Ce n'est pas une question de classe ou de catégorie: c'est le savant qui est prêt à être... autre chose.

(silence)

On peut seulement poser une affirmation: tout ce que vous savez, si beau que ce soit, n'est rien en comparaison de ce que vous pouvez savoir si vous pouvez employer les autres méthodes.

Voilà.

(silence)

C'était l’objet de mon travail tous ces jours-ci: comment toucher ce refus de savoir?... Il y a longtemps que c'est là. Et c'est la continuation de ce que Sri Aurobindo disait dans l’une de ses lettres: il dit que l’Inde, avec ses méthodes, a fait beaucoup plus pour la vie spirituelle que l’Europe avec tous ses doutes et ses questions. C'est tout à fait cela. C'est une espèce de refus – un refus d'accepter une certaine méthode de savoir qui n'est pas la méthode purement matérielle, et la négation de l’expérience, de la réalité de l’expérience – comment les convaincre de cela?... Et alors, il y a la méthode de Kâli, qui est de flanquer une bonne tripotée. Mais... c'est beaucoup de dégâts pour peu de résultats, selon moi.

Non, c'est encore un grand problème.

Il semble que la seule méthode qui puisse avoir raison de toutes les résistances soit la méthode de l’Amour; mais justement les forces adverses ont perverti cela de telle façon qu'une quantité de gens très sincères, de chercheurs sincères, sont comme cuirassés contre cette méthode, à cause de sa déformation. C'est cela, la difficulté. C'est pour cela que ça prend du temps. Enfin...

 

Перевод

Категория: Том 6 аудио | Добавил: Irik
Просмотров: 74 | Загрузок: 0
Всего комментариев: 0