эволюционная трансформация человека

Главная » Файлы » Аудио файлы » Том 5 аудио

Том 5. 4 ноября 1964
29.05.2021, 17:23

1964.11.04

 

 

Time passes like a second! [le temps passe comme une seconde!]

Il y a une solidité dans l’atmosphère, non? Tu sens cela? comme une solidité de présence.

Comme une seconde.

(silence)

Pour la première fois hier, j'ai eu dans un éclair – ça a duré un éclair –, pour la première fois de ma vie, j'ai eu l’expérience PHYSIQUE de la présence du Suprême sous une forme personnelle.

Ce n'était pas une forme définie, mais c'était une forme personnelle. Et c'est venu à la suite d'une série d'expériences où je voyais les différentes attitudes des différentes catégories de gens ou de penseurs suivant leur conviction. Et c'est venu comme si cette forme disait à mon corps (c'était une présence PHYSIQUE), comme si elle disait vraiment avec des mots (ça s'est traduit; les mots sont traduits toujours – je ne sais pas quelle langue parle le Suprême (!) mais elle se traduit, elle doit se traduire dans le cerveau de chacun suivant la langue), comme s'il me disait: «À travers toi (c'est-à-dire ça, le corps), je vais à la charge... (c'était comme une conquête, une bataille), je vais à la charge pour conquérir le monde physique.» C'était comme cela. Et la sensation, c'était vraiment d'un Être tout-puissant qui avait des proportions comme nous, mais qui était partout en même temps, et vraiment d'une «charge» physique pour chasser tous les petits démons obscurs de l’Ignorance, et ces petits démons étaient comme des vibrations noires. Mais Lui, avait comme une forme, une couleur... et surtout il y avait un contact – un contact, une sensation. C'est la première fois.

Je n'ai jamais essayé de voir une forme personnelle, et cela me paraissait toujours une impossibilité, comme si c'était un enfantillage et un rapetissement; et c'est venu d'une façon tout à fait inattendue, spontanée, foudroyante: un éclair. J'étais tellement étonnée... l’étonnement l’a fait partir.

La première fois de ma vie.

C'était une présence physique, avec une forme, mais une forme... C'était curieux, c'était une forme... Dès que l’on veut la décrire, ça paraît difficile. Mais j'ai encore le souvenir d'avoir vu comme une forme d'une lumière et d'une qualité tout à fait spéciales, mais MATÉRIELLES, et qui... Oui, c'est peut-être (Mère regarde silencieusement)... c'est peut-être ça, la forme de l’être supramen-tal?... C'était très jeune, mais avec une puissance! une puissance, presque une puissance musculaire (mais il n'y avait pas de «muscles»), et c'était une charge: il chargeait littéralement les gens et les choses, et tout était dispersé, bouleversé imédiatement. Et il riait! Il riait, c'était une joie! une joie, un rire, et, oui, il disait: «À travers toi... (c'était à travers ma présence physique), je charge...», je charge l’Obscurité ou le Mensonge, ou je ne sais pas – les mots viennent après et abîment tout –, mais l’idée était... (non, ce n'était pas une idée, c'était quelque chose qui était dit). Ça a duré juste le temps de m'en apercevoir – un éclair. Alors j'ai dit: «Ah!...», j'ai eu, n'est-ce pas, cette réaction d'étonne-ment.

La première fois: tout à fait inattendu.

Et maintenant, pendant toute la méditation, la présence était là, cette présence était là, mais si concrète! si concrète, si puissante. C'est peut-être... peut-être veut-on me faire voir la forme supra-mentale? C'est possible. C'était PHYSIQUE – c'était physique. Et il y avait ce CONTACT, le contact physique. Mais ça, le contact, je l’ai tout le temps – dès que je m'arrête, c'est un contact massif, et en même temps qui n'a pas de poids.

Tu n'as rien senti de particulier?

Si, je sens cette chose massive, présente.

Une présence.

Oui, très fort.

C'est cela, oh!...

Oui, comme ce que l’on peut voir dans un éclair. C'était une forme – une forme dérivée de la forme humaine; ce n'était pas quelque chose qui tranchait avec la forme humaine, mais ça avait quelque chose que la forme humaine n'a pas: une souplesse et une puissance dans le mouvement. Et c'était radiant, un peu radiant, comme si ça émanait de la lumière, un peu; mais pas quelque chose qui vous donne l’impression du surnaturel: pas comme les apparitions dans les tableaux, ce n'est pas ça – c'était matériel, c'était...

C'est la première fois. J'étais assise comme cela, comme je viens de l’être maintenant, la même chose, rien de particulier. Et ça m'a remplie de quelque chose d'inexprimable, d'un sentiment de plénitude, de joie – de triomphe, n'est-ce pas.

C'était si court que je ne voulais pas en parler, parce que les mots... On a toujours peur d'ajouter. Mais cette présence était si concrète maintenant, pendant la méditation, et le temps a passé si extraordinairement vite, comme un éclair. Et j'ai eu le même sentiment, oh! d'une plénitude...

Et il a dit (ça s'est traduit: j'ai entendu les mots, je ne sais dans quelle langue, mais j'ai compris très bien), j'ai entendu les mots et il me disait: «À travers toi, je charge...» Je charge, c'était comme s'il partait en bataille contre le Mensonge du monde. «À travers toi, je charge...», c'est tout à fait clair, et c'était contre... je voyais se disperser des petits agglomérats de points noirs.

Mais à ce moment-là, j'avais comme une représentation de certains états d'esprit, de certaines conditions intellectuelles, tout un ensemble de choses qui représentaient des doutes, des négations, des ignorances, des révoltes... et tout d'un coup, c'est venu.

Et je vois encore la forme que j'ai vue: comme cela, comme s'il partait en bataille – mais seulement ce que l’on voit dans un éclair.

 

Перевод

Категория: Том 5 аудио | Добавил: Irik
Просмотров: 55 | Загрузок: 0
Всего комментариев: 0