эволюционная трансформация человека

Главная » Файлы » Аудио файлы » Том 5 аудио

Том 5. 29 января 1964
16.07.2020, 09:05

 

Mère lit quelques extraits de lettres de Sri Aurobindo:

J'ai ici trois citations sur les difficultés... Ça s'applique si merveilleusement maintenant! Et Sri Aurobindo a écrit cela en... 1946-47-48 – les heures noires. Et ça se répète maintenant

The Mother’s victory is essentially a victory of each sadhak over himself. It can only be then that any external form of work can come to a harmonious perfection.

(12.11.1937)

[«La victoire de la Mère est essentiellement une victoire de chaque sadhak (chercheur) sur lui-même. C'est seulement à ce moment-là que la forme extérieure du travail pourra parvenir à une harmonieuse perfection.»]

Puis ceci, c'est très intéressant:

I know that this is a time of trouble for you and everybody. It is so for the whole world. Confusion, trouble, disorder and upset everywhere is the general state of things. The better things that are to come are preparing or growing under a veil and the worse are prominent everywhere. The one thing is to hold on and hold out till the hour of light has come.

(2.6.1946)

[«Je sais que c'est une époque de difficultés pour vous et pour tout le monde. C'est ainsi dans le monde entier. La confusion, les conflits, le désordre et des bouleversements partout sont à l’ordre du jour. Le meilleur qui doit venir se prépare ou grandit derrière le voile, tandis que le pire s'étale partout. La seule chose à faire est de s'accrocher et de tenir bon jusqu'à ce que l’heure de la lumière arrive.»]

Ça, on pourrait toujours le répéter aux gens, mais c'est extra-ordinairement vrai maintenant!

Tenir bon et tenir jusqu'au bout.

Jusqu'à ce que vienne l’heure de la lumière.

Ainsi soit-il!

(Riant) Ça n'a jamais été aussi mauvais! Et derrière cela, étrangement – étrangement –, il y a une sorte de SOLIDITÉ, qui n'a jamais été là auparavant. J'ai remarqué cela depuis hier. Extérieurement, ça n'a jamais été aussi confus, aussi compliqué, aussi désagréable, aussi difficile, et il y a quelque part (comme dessous, ou dedans, je ne sais comment dire), une solidité, quelque chose qui est d'une uniformité solide... comme une base que RIEN ne peut secouer. Ça, je ne l’ai jamais senti avant. Je sens cela depuis deux jours.

Comme si quelque chose était établi, qui est INÉBRANLABLE. Et extérieurement, ça n'a jamais été aussi catastrophique. Je trouve cela intéressant.

Et alors, même au point de vue lumière: il y avait (jusqu'à ces jours-ci) une sorte de lumière brillante faite d'une confiance plus ou moins enfantine et d'un espoir plus ou moins enfantin (spécialement parmi les gens ici) qui... (c'est assez comique à dire) s'est éteinte brusquement quand on a réduit les provisions à la salle à manger!

(Le disciple incrédule:) Non!

Je t'assure, ça a l’air d'une blague, mais c'est vrai! On a coupé les provisions (c'est plus une démonstration qu'une nécessité, c'est-à-dire que cela ne fait pas beaucoup d'économies: ça fait beaucoup de bruit, beaucoup de tintouin, beaucoup de changements, mais pas, proportionnellement, d'économies; mais D sentait que c'était une démonstration nécessaire – bien), mais ça a fait un effet!... Cette sorte de confiance enfantine, comme une lumière d'insouciance enfantine qui flottait dans l’atmosphère ici: ploff! engloutie (Mère rit). Et alors, je regardais cela, je me disais: «Mais ça, c'est épatant!» J'ai regardé attentivement à cause de cela... et j'ai vu: cette espèce de brio extérieur, com-plè-te-ment parti! les gens consternés. Et en même temps, dans la conscience, une solidité, une stabilité!... que je n'avais vue auparavant, comme s'il était décidé (Mère abat ses mains d'un geste souverain): «Ça, maintenant, c'est établi.»

Et c'est en rapport avec le 29 février.

Depuis longtemps, les gens sont, tu sais, comme du Champagne qui mousse, ils voulaient savoir: «Qu'est-ce qui va arriver? À quoi faut-il s'attendre?», toute une histoire. J'ai dit: «Je n'en sais rien.» Je ne sais pas – je ne cherche pas, je ne regarde pas, je ne m'en occupe pas: quand ça viendra, ça viendra. Puis, plusieurs fois (quand j'écrivais des cartes de birthday, ou des lettres), plusieurs fois, il m'était comme dicté clairement: «Se préparer à la Lumière de Vérité qui descend.» Et c'est clairement cela: la Lumière de Vérité qui va se manifester... la Lumière de Vérité qui descend... la Lumière de Vérité qui prépare sa manifestation – toutes sortes de phrases me venaient ainsi, mais toujours: la Lumière de Vérité. Alors j'ai compris que c'était cela qui allait se passer.

Et maintenant... c'est quelque chose de solide comme du ciment (ça veut dire que c'est matériel), c'est ab-so-lu-ment UNI, n'est-ce pas, uni, pas un frisson de formes, absolument plat comme une plaque de marbre, et puis ça n'a ni commencement ni fin – ça n'a pas de limites, on ne voit pas la fin: c'est partout. C'est partout, et partout pareil. Partout pareil. Une espèce de couleur... comme un gris (un gris: le gris de la Matière) qui contiendrait de la lumière dorée, mais qui ne brille pas: ça ne brille pas, ça n'a pas de luminosité propre, mais ça contient de la lumière. Ça ne rayonne pas, ce n'est pas lumineux, et pourtant c'est un gris qui a de la lumière dorée dedans – le gris de la Matière la plus matérielle, la pierre, n'est-ce pas, gris. Seulement ça contient cette lumière: ce n'est pas inerte, ce n'est pas insensible, ce n'est pas inconscient, mais c'est LA MATIÈRE.

Je n'ai jamais vu cela avant.

Depuis deux jours, c'est là. Qu'est-ce que ça va être? Qu'est-ce que ça va produire?... Je ne sais pas.

Écoute, Sujata a fait un rêve qui est exactement ce que tu viens de dire!

Oh! mais elle est épatante, ta Sujata!

Elle regardait le ciel, puis elle a commencé à voir des étoiles qui tombaient partout par terre, comme une pluie d'étoiles sur la terre. Et alors le sol, par terre, s'était changé en une masse unie de glace, comme aux pôles: ce n'était pas brillant, mais comme de la glace partout par terre. Et là-dessus, une sorte de bateau s'est levé, de couleur un peu grise, avec des passagers, aussi d'une couleur... pas brillante mais un peu grise, un peu bleue, et c'était comme s'ils étaient des rescapés de vieilles choses... comme s'ils échappaient d'une catastrophe ou qu'ils sortaient d'une catastrophe...

Tiens!

Et partout, il y avait, comme aux pôles, cette glace. C'est cela. Tiens, c'est curieux. Et la pluie d'étoiles...

(silence)

Une base solide, n'est-ce pas, et c'est là (Mère fait un geste au ras du sol). l’impression d'une base solide, i-né-bran-la-ble. Comme si...

l’Inertie transformée en son principe conscient de stabilité immortelle.

C'est évidemment un changement dans l’Inertie même.

*
* *

Puis Mère lit une autre lettre de Sri Aurobindo:

The extreme acuteness of your difficulties is due to the yoga having come down against the bed-rock of Inconscience which is the fundamental basis of all resistance in the individual and in the world to the victory of the Spirit and the Divine Work that is leading toward that victory. The difficulties themselves are general in the Ashram as well as in the outside world...

Et puis la description. On dirait que ça se passe maintenant:

Doubt, discouragement, diminution or loss of faith, waning of the vital enthusiasm for the ideal, perplexity and a baffling of the hope for the future are the common features of the difficulty. In the world outside there are much worse symptoms such as the general increase of cynicism, a refusal to believe in anything at all, a decrease of honesty, an immense corruption, a preoccupation with food, money, comfort, pleasure, to the exclusion of higher things, and a general expectation of worse and worse things awaiting the world. All that, however acute, is a temporary phenomenon for which those who know anything about the workings of the world-energy and the workings of the Spirit were prepared. I myself foresaw that this worst would come, the darkness of night before the dawn; therefore I am not discouraged. I know what is preparing behind the darkness and can see and feel the first signs of its coming. Those who seek for the Divine have to stand firm and persist in their seeking; after a time, the darkness will fade and begin to disappear and the Light will come.

(9.4.1947)

[«l’extrême acuité de vos difficultés vient de ce que le yoga est descendu jusqu'à la roche de fond de l’Inconscient qui est la base fondamentale de toutes les résistances dans les individus et dans le monde contre la victoire de l’Esprit et l’Œuvre divine qui mène à cette victoire. Les difficultés en elles-mêmes sont générales, dans l’Ashram comme dans le monde extérieur. Le doute, le découragement, la diminution ou la perte de la foi, le déclin de l’enthousiasme pour l’idéal, la perplexité et les espoirs d'avenir déçus, tels sont les signes généraux de la difficulté. Dans le monde extérieur, les symptômes sont encore pires: un cynisme grandissant, le refus de croire en rien, une baisse de l’honnêteté, une immense corruption, des préoccupations de nourriture, d'argent, de confort, de plaisir, à l’exclusion de plus nobles préoccupations, et une attente générale que tout aille de pire en pire dans le monde. Quelle que soit l’acuité de cette situation, c'est un phénomène temporaire auquel étaient préparés ceux qui connaissent un peu le fonctionnement de l’énergie cosmique et les voies de l’Esprit. J'avais moi-même prévu que le pire viendrait, le fond de la nuit avant l’aurore, par conséquent je ne suis pas découragé. Je sais ce qui se prépare derrière l’obscurité et je puis voir et sentir les premiers signes de sa venue. Ceux qui cherchent le Divin doivent rester fermes et persister dans leur recherche; après un temps, l’obscurité s'affaiblira et commencera à disparaître, puis la Lumière viendra.»]

Très approprié.

Bien, il faut tenir bon.

Oh! ça n'effleure même pas! Toutes ces choses, c'est tout à fait... comme un spectacle que l’on regarde.

(silence)

C'est devenu absolument concret, n'est-ce pas, aussi concret que ça peut l’être.

Et pourtant, les difficultés viennent de partout, pas seulement la santé (qui est encore en rapport avec les choses morales: l’état d'âme, l’état de conscience, la pensée, les formations mentales, etc.), mais l’argent, le «papier-monnaie» qui se refuse à venir! Et justement, j'ai vu d'une façon assez intéressante, ces jours-ci, la différence dans l’atmosphère mentale matérielle: il y avait une sorte de certitude que tout ce qui est nécessaire viendra, d'une façon ou d'une autre – il est impossible que ça ne vienne pas (je parle d'une atmosphère générale) –, puis ça a été remplacé par... tu sais, comme quand on se cogne le nez sur le mur! Cette espèce de confiance très enfantine, sans souci: évanouie! Ça s'est évanoui. Alors j'ai dû regarder au fond, ce qui était derrière, et c'est comme cela que j'ai vu ce changement dans l’Inertie (comment ça va se traduire? je ne sais pas; de quelle manière?...) que je n'avais jamais vu avant.

C'est quelque chose qui est là, en bas. Avant, c'était là (geste à hauteur du front) comme cela, dans l’atmosphère; maintenant, c'est là (geste par terre), c'est-à-dire très bas.

C'est quelque chose qui s'est passé dans l’Inconscient.

C'est intéressant, on va voir.

 

Перевод

Категория: Том 5 аудио | Добавил: Irik
Просмотров: 34 | Загрузок: 0
Всего комментариев: 0