эволюционная трансформация человека

Главная » Файлы » Аудио файлы » Том 5 аудио

Том 5. 22 августа 1964
05.02.2021, 10:52

1964.08.22

 

 

Il m'est arrivé une drôle de chose... C'était l’autre jour, la dernière fois que tu es venu. J'avais l’air drôle ce jour-là, non?

Tu étais fatiguée.

Ce n'est pas cela! Ce n'est jamais «fatiguée», ce n'est jamais «malade» – ce n'est jamais ça, c'est quelque chose d'autre. Mais il faut quelques jours pour que je sache ce que c'est.

C'est le centre de la conscience du corps qui s'est déplacé (d'habitude, c'est dans la tête, dans le cerveau). La conscience du corps, la conscience cellulaire, celle qui répond aux fonctionnements de la Nature et qui gouverne toute la marche – tout d'un coup, elle s'est déplacée, elle est sortie du corps.

J'ai eu l’expérience (je savais ce que c'est, mais je ne savais pas les conséquences ni l’exprimer), j'ai eu l’expérience de ma conscience corporelle sortant complètement du corps (ce doit être ce qui arrive quand on meurt, n'est-ce pas?) et pendant... il paraît que c'était dix ou quinze minutes, je ne sais pas, c'était fini, le monde physique n'existait plus, le corps n'existait plus. Mais j'étais très consciente d'un mouvement de forces et d'une action; et même, cette conscience corporelle répétait son mantra, ce qui était très intéressant: elle répétait son mantra et voyait l’effet du mantra dans la vibration des forces. Mais la conscience a quitté le corps là (dans la salle de bains), et elle est rentrée dans mon corps ici (sur le lit). On m'a portée... et ce qui s'est passé entre les deux, je ne sais pas. Seulement, quand on rentre dans son corps (c'est-à-dire quand la partie la plus matérielle est sortie du corps, que l’on s'évanouit ou que l’on entre dans un état de transe cataleptique, et que l’on rentre), ça fait très mal, très mal – tous les nerfs ont mal. Et alors, tout d'un coup, j'ai eu très mal comme cela (ça dure deux secondes, ce n'est rien), et puis j'ai senti que j'étais sur des coussins! (Riant) Ma dernière impression était debout, là-bas!

C'est la première fois de ma vie que cela arrive. Toujours, quand j'étais évanouie, je gardais conscience de ce qui arrivait à mon corps; souvent même, je le voyais – je le voyais étendu par terre, par exemple; mais je gardais la conscience. C'est la première fois.

Mais c'est l’effet après qui était bizarre, comme si tous les fonctionnements avaient perdu leur... (comment dire?) leur capitaine – ils ne savaient plus que faire. Et dans la tête, c'était d'abord comme si elle était devenue très-très-très grosse, et puis des vibrations... Tu sais, je parle souvent de ces Vibrations d'Harmonie qui essayent d'entrer dans les vibrations de Désordre (c'est une chose maintenant que je vois souvent, même les yeux ouverts: ça passe, ça entre, il y a des formations, toutes sortes de choses), mais c'était dans ma tête; j'avais une grosse tête (!) et dedans, il y avait tous ces points de lumière blanche de l’Harmonie qui bougeaient avec beaucoup d'intensité et de puissance, dans un milieu d'un gris foncé. C'était intéressant. Mais j'étais consciente seulement de cela: tout le rapport avec le corps avait disparu. Et j'ai gardé toute la journée l’impression d'un manque de gouvernement dans le corps, comme si chaque chose suivait son impulsion propre; c'était très difficile de garder tout ensemble.

C'était comme cela, très fort. Le second jour, c'était un peu moins fort; le troisième jour... Mais il y a quelque chose qui a changé et qui ne revient plus. Et ce quelque chose donne l’impression d'un éloignement (c'est le mot aloofness) de cette conscience naturelle du corps qui lui fait faire automatiquement tout ce qu'il doit faire; c'est comme si cette conscience s'était éloignée, presque désintéressée de ce qui se passe – pas «désintéressée» parce que ça rit! Je ne sais pas pourquoi, j'ai l’impression que c'est en train de rire, comme si ça se moquait de moi, de ce corps – pauvre vieux! (riant) il a beaucoup de difficultés, on lui fait faire de drôles de choses.

Et ce centre n'est pas revenu vraiment à sa place normale?

Non-non! rien n'est revenu de ce qui était avant.

C'est très différent de ce que c'était avant pendant tant d'années – très différent. Je sens comme... Tiens, c'est une impression équivalente à celle que j'ai eue quand Sri Aurobindo a donné le silence à mon mental. C'est devenu tout à fait blanc et vide (geste au front), blanc et vide, et puis il n'y avait plus rien: je ne pouvais plus penser, plus une idée, plus un système, plus rien, enfin l’imbécillité totale! Ce n'est jamais revenu. N'est-ce pas, c'était parti là-haut, et ici il n'y avait rien. Eh bien, cette fois-ci, c'est la même chose pour la conscience du corps: c'était partout comme quelque chose qui tenait tout ensemble (et même, quand il y avait une difficulté, je n'avais qu'à ne plus m'occuper de rien et laisser ça agir, et automatiquement la difficulté était arrangée par cette conscience du corps qui sait beaucoup mieux que notre pensée active ce qu'il faut que le corps fasse), et ce jour-là, c'est VOLONTAIREMENT parti. C'était une décision prise depuis la nuit précédente, contre laquelle je résistais parce que je savais que la conséquence normale était l’évanouissement; mais «ça» a voulu et «ça» a choisi son moment (quand il n'y avait pas de danger, qu'il ne pouvait pas arriver d'accident, qu'il y avait quelqu'un pour m'aider), «ça» a choisi son moment et «ça» l’a fait volontairement – parti. Et ce n'est jamais revenu.

Alors, le premier jour, j'étais presque abrutie; j'étais comme ça à chercher comment il faut faire. Hier, c'était encore fort. Et ce matin, tout d'un coup, j'ai commencé à comprendre (ce que j'appelle «comprendre», c'est avoir le contrôle), j'ai compris: «Ah! c'est ça!» Parce que je demandais: «Mais enfin! qu'est-ce que ça veut dire, tout ça? Comment est-ce que je peux faire mon travail?»... Je me souviens, hier, j'avais des tas de gens à voir, des gens qui ne sont pas proches et dont l’atmosphère n'est pas bonne: c'était très difficile, il a fallu que je me tienne, et je devais avoir un drôle d'air, très absent – j'étais très loin, dans une conscience très profonde, pour que mon corps ne soit pas... n'est-ce pas, ça lui donnait des espèces de malaise – oui, de malaise –, c'était difficile à supporter. Hier, c'était encore comme cela toute la matinée; vers le soir, ça allait mieux. Mais la nuit n'a pas été bonne, oh!... Dans la nuit, on me donne toujours un état de conscience humain à rectifier, l’un après l’autre – il y en a des millions. Et c'est toujours avec toutes les images et tous les événements qui illustrent cet état de conscience. Il y a des fois où c'est très pénible: je me lève fatiguée comme après un long travail. Et cette nuit, c'était comme cela; ce sont toujours les différentes et multiples manières des hommes de compliquer la Simplicité originelle: avec une vibration simple, de faire des événements extrêmement compliqués; là où la chose devrait être simple et couler d'elle-même, il y a des complications à n'en plus finir, des difficultés! insupportables et insurmontables. Je ne sais pas si tu as eu cela: on veut aller quelque part, et partout il y a des empêchements; on veut sortir d'une chambre, il n'y a pas de sortie, ou il y a une sortie mais il faut ramper par terre sous des espèces de rochers... alors quelque chose refuse dans l’être: «Non, je ne le ferai pas.» Et avec un sentiment d'insécurité, qu'à n'importe quel moment ça peut basculer et vous écrabouiller... Des gens qui veulent vous aider et qui ne peuvent rien faire du tout, qui ne font que compliquer encore la complication; on part sur une route avec la certitude d'aller quelque part, et tout d'un coup, au milieu, la route change, tout change, et vous tournez le dos à l’endroit où vous vouliez aller... Toutes sortes de choses comme cela. C'est d'un symbolisme extrêmement clair. Et alors ça donne beaucoup de travail.

Bon, je me suis levée dans cet état, et j'ai commencé à me demander: «Est-ce qu'il n'y aura pas de fin à cela?»... C'est toujours-toujours-toujours comme cela. Et de plus en plus, j'ai cette conviction intérieure que ce n'est pas une chose que l’on peut obtenir par l’effort et la transformation progressive – ça prendrait des millions d'années! Ce n'est que... la Grâce. Quand le Seigneur décidera: «C'est fini, maintenant ça va être comme cela», ce sera comme cela. Alors on a le repos, la tranquillité.

Je Lui ai offert toute ma nuit et toutes les difficultés et toutes les complications, comme je le fais toujours; alors une sorte de Paix est entrée en moi, et dans cette Paix, j'ai vu ça, j'ai dit: «Tiens! le centre de la conscience du corps n'est plus là.»

À partir de ce moment-là, ça allait beaucoup mieux. Cette espèce de vague incertitude dans laquelle était ce pauvre corps, c'est parti. Parce que, naturellement, ce centre a été imédiatement remplacé par la Conscience claire d'en haut, et j'espère qu'elle aura petit à petit un contrôle complet sur le corps.

En fait, ce doit être – théoriquement ce doit être – pour remplacer la conscience automatique naturelle par une conscience-conscience.

Ce n'est pas une conscience qui voit les détails: c'est une conscience qui garde une Harmonie.

Voilà. J'ai pensé que c'était amusant à dire.

Autrement, il n'y a pas de fin!...

Tout le monde tombe malade. Et pour moi, c'est la même chose: ce n'est pas une maladie – ce n'est pas une maladie, c'est une action très forte sur les consciences.

 

Перевод

Категория: Том 5 аудио | Добавил: Irik
Просмотров: 83 | Загрузок: 0
Всего комментариев: 0