эволюционная трансформация человека

Главная » Файлы » Аудио файлы » Том 5 аудио

Том 5. 14 ноября 1964
21.06.2021, 13:36

1964.11.14

J'ai rencontré V, il a eu une vision il y a deux ou trois jours. Il a vu descendre un paon, et sur le paon se dressait quelqu'un, qui n'était pas Kâli mais qui était comme Kâli (la Kâli toute nue), qui tenait à la main une tête d'homme tranchée.

Il n'a pas vu quelle tête?

Mon, je lui ai demandé si c'était une tête occidentale, une tête chinoise, enfin ce que c'était. Il m'a dit que ça avait plutôt l’air d'une tête asiatique.

Asiatique, c'est vague.

Il m'a dit: «J'ai senti que c'était le signe d'une catastrophe ou d'une guerre.»

C'est peut-être le signe d'une victoire.

Oui, il m'a dit: «Après cela, c'était la paix.»

V. est un très bon voyant.

Quand tu m'as parlé, j'ai vu la tête d'un Chinois grimaçant.

Seulement, il est possible que ce soit une formation antérieure.

(silence)

l’affaire Khrouchtchev était une mauvaise chose. Mais généralement, les choses vont en zigzag dans le monde extérieur; au lieu d'aller droit, ça va comme ça (geste zigzaguant): action, réaction, action, réaction... C'était ce que Théon disait toujours: dans le monde extérieur, une victoire d'un côté signifie toujours une espèce de DROIT de victoire de l’autre côté; et alors il ajoutait: «Il faut que ceux qui savent soient toujours vigilants et en éveil pour que quand les ennemis ont une petite victoire (qui peut être une victoire tout à fait superficielle et insignifiante), imédiatement on ait une grosse victoire!» (Riant) Il disait ça avec beaucoup d'humour. Et j'ai remarqué qu'au point de vue individuel, c'est vrai. Au point de vue des pays... malheureusement, les gens qui décident de la destinée des pays (la destinée extérieure) sont incompétents et imbéciles, et ils manquent l’occasion. Mais cette affaire Khrouchtchev donnait droit à une victoire, tu comprends? Ça donnait droit à une victoire de l’autre côté.

Je t'avais dit que je te montrerais la photo de l’homme (Suslov) qui est derrière la chute de Khrouchtchev.

(Mère regarde la photo) Ce n'est qu'un instrument. Je veux dire que ce n'est pas une incarnation asourique. Mais une forte volonté. Ce n'est pas un être qui agit consciemment pour l’Adversaire: il croit bien faire.

C'est un «théoricien».

Oui.

Oh! il peut avoir des passions et des réactions violentes, des ambitions aussi, mais ce n'est pas un de ces êtres qui sait qu'il est l’instrument du grand Asoura – ce n'est pas cela. C'est moins dangereux que cela. Comme Hitler: il savait, n'est-ce pas.

Hitler prétendait que c'était le Mensonge qui devait gouverner le monde et qu'il était en train de le gouverner. Et il était très conscient d'être l’instrument de celui qui se faisait appeler le «Seigneur des Nations», qui est justement la représentation présente, actuelle, de l’Asoura du Mensonge (celui qui était né «Seigneur de la Vérité» – une jolie histoire...).

C'est pour cela que Sri Aurobindo avait pris clairement et ouvertement parti pour les Alliés – ce n'était pas par amour des Anglais!

(long silence)

Elle était assise sur quoi, Kâli?

Sur le paon. Ce n'était pas Kâli, mais c'était comme Kâli, toute nue.

C'est évidemment une victoire par la disparition d'un homme ou d'un pays.

Je ne sais pas pourquoi, pendant que tu parlais, j'ai vu une tête de Chinois grimaçante.

Il y a aussi une chose. Ces temps derniers, un jour, j'ai tout d'un coup... Je suis extrêmement sensible à la composition de l’air, depuis ma toute petite enfance: les «airs», si je puis dire, avaient chacun leur goût, leur couleur et leur qualité propre, et je les reconnaissais au point que quelquefois je disais: «Tiens, l’air... (j'étais enfant, n'est-ce pas), l’air de ce pays ou l’air de cet endroit est venu ici.» C'était comme cela. J'étais extrêmement sensible à la qualité de l’air pur, c'est-à-dire sans les éléments qui proviennent de la décomposition de la vie et surtout des endroits où les hommes sont accumulés. C'était à un degré extrêmement aigu: je pouvais, par exemple, si j'étais déplacée d'un endroit à un autre, être soudain guérie d'une maladie par le changement d'air. Quand j'ai rencontré Théon, c'est devenu conscient, étudié et... ça continue. Il y a quelques jours peut-être (je ne peux pas dire, le temps ne compte pas), mais il n'y a pas très longtemps, j'ai dit: «Il y a quelque chose de nouveau dans l’air», et quelque chose de très désagréable, d'extrêmement pernicieux, et j'ai senti que ce quelque chose (je n'ai rien dit à personne naturellement), j'ai senti que ça avait une odeur particulière, extrêmement subtile, pas physique, et ça avait le pouvoir de séparer les vibrations vitales des vibrations physiques – c'est-à-dire un élément extrêmement nocif.

Immédiatement, j'ai travaillé (ça a duré pendant des heures), la nuit s'est passée à contrecarrer: j'essayais quelle vibration supérieure pouvait contrecarrer; jusqu'à ce que je sois arrivée à clarifier l’atmosphère. Mais le souvenir est resté très précis. Et on m'a dit tout dernièrement (peut-être il y a un ou deux jours), que les Chinois avaient choisi une terre indienne, dans le Nord, pour y faire les essais d'un certain genre de bombe atomique et qu'ils avaient fait sauter une certaine bombe, là. Et quand on m'a dit ça, j'ai eu subitement le souvenir de mon odeur.2

Ce qui fait que ces vibrations vont très loin – les vibrations physiques s'arrêtent à une certaine distance (quoiqu'elles aillent beaucoup plus loin qu'on ne le croit), mais les vibrations vitales qui sont derrière (vibrations «nerveuses», si l’on peut dire), ça doit avoir une extension FOR-MI-DABLE.

Tu sais, quand il y a eu cette éruption de volcan à la Martinique (c'est une chose bien plus matérielle), cette poussière de volcan a été ramassée quelque temps après à Marseille – c'est loin. Exactement la même poussière, portée par le vent. Alors une bombe comme cela doit avoir des effets considérables.

Mais ces vibrations dont tu parles, ne sont pas émanées par des êtres humains – par une bombe?

Par la bombe.

Une bombe peut avoir une action non physique, une action vitale ou subtile?

Ça n'agit que parce que ça a une action subtile – rien ne bougerait, tout serait inerte s'il n'y avait pas une action subtile.

C'est le vital contenu dans la Matière – c'est comme le phénomène de radiation. C'est une libération violente de quelque chose qui est contenu dans la Matière. Comme la radiation. Et ça se répand. Ils s'en sont bien aperçus mais ils ne veulent pas le savoir: quand ils ont fait exploser la bombe au Japon, les conséquences ont été très-très loin de ce qu'ils attendaient, infiniment plus sérieuses et plus durables que ce qu'ils attendaient, parce que la libération soudaine de ces forces... Eux, ne perçoivent qu'une certaine quantité, mais il y a tout ce qui est rière qui s'en va, et qui a son action. N'est-ce pas, ils constatent, par exemple, que les vaches sont empoisonnées et que leur lait n'est pas consommable pendant un certain temps (c'est arrivé en Angleterre), mais ça, c'est le phénomène le plus grossier, le plus extérieur – il y en a un plus profond qui est BEAUCOUP plus grave.

Et alors j'ai dit cela [«une tête de Chinois grimaçante»], ça a l’air d'être à côté, mais c'est parce que quand ces deux choses ont coïncidé,3 tout d'un coup Kâli est devenue furieuse – j'ai vu Kâli furieuse, comme quand elle décide que ce sera «payé». Alors la vision de V ajoute quelques jalons.

Oh! tu sais, quand elle entre dans une crise de pouvoir... on a vraiment l’impression que la terre tremble.

(silence)

Bien, on verra.

Je dis toujours «on verra», parce que... au fond, je suis très tranquille, très tranquille, très sûre – très sûre. J'ai une certitude si absolue que la Sagesse qui agit dans le monde est infiniment supérieure à tout ce que nous pouvons imaginer. Nous sommes comme des enfants ignorants et stupides devant «quelque chose» qui agit avec une CER-TI-TUDE, et si lumineuse, si lumineuse. Avec une super-harmonie qui change en harmonie les choses qui nous paraissent les plus discordantes.

Alors quand je vois les pensées humaines anxieuses qui tâchent de savoir (Mère sourit): «Ne vous tourmentez pas, on verra.» Et quand je dis «on verra», j'ai la joie d'une certitude que ce que l’on verra sera mille fois plus beau que tout ce que nous pouvons imaginer.

J'ai lu un vers de «Savitri» qui m'a beaucoup frappé, parce que j'y ai vu un rapport avec ce que tu disais l’autre jour, de la coexistence du Mensonge et de la Vérité: «And earth shall grow unexpectedly divine».4

C'est cela! C'est cela... «unexpectedly divine».

Et même les plus sceptiques sont obligés de voir qu'il y a quelque chose qui change, que ce n'est plus la même chose.

Sri Aurobindo a dit (il me l’a dit personnellement, il l’a écrit): The time has corne [le temps est venu]. Parce qu'il est parti, les gens ont cru qu'il s'était trompé; c'était l’effet général, ils se sont dit: «Il a cru que c'était le moment, mais il est parti parce qu'il a vu qu'il s'était trompé.» – C'est une ânerie.

(Souriant) D'ailleurs, il n'est pas parti si loin! Je passe mes nuits avec lui, et alors avec toute la variété possible de travail – c'est un Lui multiple, innombrable... et si merveilleusement adapté à toutes les nécessités: nécessités terrestres et nécessités individuelles.

Et pour lui, c'est seulement une petite partie de lui-même; parce que c'est avec lui (je te l’ai raconté l’autre jour) que j'avais eu cette expérience de sortir de l’humanité, sortir du monde matériel: c'est avec lui, c'est en sa «compagnie», si je puis dire!

J'aime quand c'est avec lui parce que ça me donne une sorte de certitude que ce n'est pas une expérience de ma subjectivité – c'est impersonnel, tout à fait impersonnel. Même si ma subjectivité est mondiale, je ne veux pas que ce soit subjectif: je veux que toute conscience, quelle qu'elle soit, humaine ou pas humaine, toute conscience qui s'éveille dans ce domaine ait une expérience identique, si c'est vraiment objectif. Et quand c'est avec lui, je suis bien tranquille.

(silence)

Il continue d'être content de ton livre et de ses effets – c'est d'ailleurs tout autant son livre (riant) que le tien!

Oui, ça, je n'ai pas du tout une sensation d'«auteur»!

Il est content.

 

Перевод

Категория: Том 5 аудио | Добавил: Irik
Просмотров: 44 | Загрузок: 0
Всего комментариев: 0